Retour aux articles

Jean-Denis Boillat : « Je fais ce que je peux pour me montrer à la hauteur des soins que j'ai reçus »

 

L’histoire qui me lie à l’Institut a commencé il y a deux ans, alors que j’étais aux prises avec des problèmes de santé depuis un moment déjà. J’avais décidé de me prendre en main. J’avais commencé à faire du vélo et à m’alimenter mieux afin de perdre du poids. Malgré tout, je continuais de faire du reflux gastrique m’empêchant de dormir et des œsophagites à répétions. On m’a donc transféré à l’Institut pour un suivi plus approfondi.

À l’Institut, j’ai d’abord rencontré le Dr François Julien, qui m’a expliqué qu’une chirurgie bariatrique était la meilleure option pour moi, puisqu’elle permettrait de dévier l’acide de manière à ce qu’elle n’arrive plus dans mon œsophage. Il m’a référé au Dr Claude Garceau pour chercher l’origine de ces problèmes. Après quelques examens, ce qu’on craignait s’est finalement confirmé en septembre 2018. Je suis atteint de sclérodermie, une maladie auto-immune rare menant à une surproduction de collagène et possiblement la cause de plusieurs de mes maux. J’étais inquiet, ma femme et mes filles aussi, mais concrètement, la seule chose que nous pouvions faire à ce moment, c’était d’écouter les experts de l’Institut, de leur faire confiance, et d’espérer le meilleur.

En vue de ma chirurgie bariatrique, j’ai dû passer plusieurs tests. Lorsque mon chirurgien, le Dr Julien, m’a annoncé que l’un d’entre eux avait révélé une insuffisance cardiaque, j’étais complètement sous le choc. J’aurai non pas à passer à travers une, mais deux chirurgies!

Grâce au personnel de l’Institut, mon angoisse et ma vulnérabilité ont laissé place à la confiance et l’espoir. Et c’est finalement au début de l’année 2019 que j’ai subis mes deux chirurgies, la première par le Dr Jean-François Sarrazin, pour la pose d’un stimulateur cardiaque, et la deuxième, une chirurgie bariatrique, par le Dr Julien.

Jamais dans ma vie, je n’aurais pu croire qu’à peine un mois après ma sortie de l’hôpital, je serais aussi en forme, physiquement et mentalement. Encore moins j’aurais cru être déjà inscrit au Cyclo-Défi IUCPQ! Mais le professionnalisme, l’accueil et l’humanité des soins sans égal qu’on retrouve à l’Institut ont tout changé pour moi.

Je ne pourrai jamais assez remercier le personnel du 2e étage du pavillon Notre-Dame, mes chirurgiens, les Drs Fançois Julien et Jean-François Sarrazin, mon médecin, le Dr Claude Garceau, pour leur disponibilité, leur support, leur réconfort et leur écoute.

L’Institut m’a offert l’opportunité de voir plus loin, il m’a offert une deuxième vie. 

Cette année, je participe pour une deuxième fois au Cyclo-Défi IUCPQ. C'est le double défi que je me suis lancé, pour à la fois me remettre en forme et redonner à l'Institut. De plus, en choisissant directement le Fonds pour lequel je veux amasser des dons, j'ai l'impression de remercier directement les gens qui m'ont donné une 2e vie!

Je fais ce que je peux pour me montrer à la hauteur des soins que j’ai reçu. Et tant que j’aurai des problèmes «mécaniques», je n’aurai plus d’inquiétude, car je sais maintenant qu’à Québec nous avons le meilleur «garage» en ville!

Donnez généreusement à la Fondation, et contribuez à donner une 2e vie, un 2e souffle, à d’autres personnes comme moi!

 

Pour encourager Jean-Denis dans sa collecte de fonds :

 

Pour en savoir plus sur le Cyclo-Défi IUCPQ :